entete Espace B

   

Espace B

Le noir est la résidence de Dieu

                                               

 

... Le travail du peintre évolue, à mesure qu'il avance dans le temps, vers plus de clarté, vers l'élimination de tous les obstacles entre le peintre et l'idée et entre l'idée et le spectateur ... ( Mark Rothko dans The Tiger's Eye Oct 49 )

Qui d'autre que le peintre pour en parler ?

Qui d'autre que celui qui à chaque tableau, offre un peu de sa vie et se dépouille peu à peu de lui-même à chaque oeuvre ?

Il va au devant de sa mort et soulève un coin du voile de la nôtre.

La contempler et espérer que la flamme présente derrière ce voile, révèle un au-delà. Son travail nous y autorise.

Chaque coup de pinceau, chaque geste, chaque passage est une page de son histoire qui nous renvoie à la nôtre.

Derrière ce voile tendu, tout est dit, tout est là.

Tout est dans l'élan de Guy Jaspar qui tend l'arc de sa vie, dans une générosité souffrante sans limite, jusqu'au point de rupture.

A nous de nous laisser écorcher, brûler, ...

A ce prix, le mystère de cette peinture nous appartient déjà.

A l'image des mystiques blessés dans leur chair, cette peinture est loin d'être uniquement contemplative. Elle nous parle de vie et de mort, de lutte et de répit, de combat et de repos ; de jouissance et de douleur, de chair et de sang, d'étreinte et de désir, d'urgence et d'éternité, de tout ce qui fait et défait l'Homme.

Elle nous renvoie à notre miroir et à notre lumière intérieure.

Chantal Bauwens
Glabais, Novembre 2003

Exposition: Janvier 2004

Exposition à Ballens, CH: Novembre 2004

 
Curriculum

  
© Espace B asbl