entete Espace B

   

Espace B

Nancy Seulen

peintures récentes

Exposition: du 11 au 26 mars 2006 - samedi et dimanche de 14h à 18h ou sur rendez-vous
 
   

Le mille histoires - Triptyque - 110x150 cm - 2006
Photo Luc Schrobiltgen

 

De l’évidence de la peinture

Il est de ces peintures qui, une fois que vous les avez rencontrées, ne vous quittent plus ! Elles vous habitent telles une évidence que vous portiez en vous depuis toujours et qui ne demandait qu’à trouver les mains talentueuses d’un artiste pour les matérialiser haut en couleurs et matières.

La peinture de Nancy Seulen est de cette veine. Neuve, forte et pourtant issue d’une généalogie digne des grands maîtres. Tout se joue dans la transmutation, la saisie de l’instant, de l’objet, de la vibration, de toute chose fugitive l’espace d’un soupir entraperçue et miraculeusement apprivoisée pour nous être rendue. On se situe entre l’absence et la présence, dans la lente mue de ce qui est en devenir. Cette peinture nous fait voyager dans la décrue et à contre-courant passant en alternance de nous à elle, de son « histoire » figée par le cadre aux ressentis émotionnels des « non-dits ». Dans ces toiles, il s’en passe des choses... Tout l’art de Nancy Seulen est de nous les suggérer. Des natures mortes, des paysages qui vibrent dans un espace tissé de lumière. La peinture devient chair vibrante. Nancy Seulen se situe aux confins des modes qui font l’air du temps. Elle poursuit son chemin en se fiant aux détails que son oeil scrute dans le quotidien pour nous les rassembler sur la toile. Au préalable, ceux-ci sont saisis sur le vif par une photo qui servira de support à la réalisation d’un petite vignette dessinée où l’on reconnaîtra les lignes de forces de plusieurs images réunies et épurées. Une longue quête du détail que le regard du badaud ne fait que traverser sans s’y arrêter. Sa maîtrise technique nous donne l’illusion d’un voile qui nous sépare des réalités perçues qui apparaissent nimbées de lumière, vibrant de l’éclat de ce qui se trouve de l’autre côté du miroir. On pourrait imaginer que Narcisse et Alice ne sont pas loin. Le pastel posé en alternance avec l’huile rend à nos sens le velouté de l’étoffe. Nous touchons l’indicible. Autant ses tableaux se construisent lentement, autant, ils se laissent apprivoiser avec la même lenteur. Ils semblent nous inviter à entrer doucement dans leur perception pour nous les rendre visibles fragments après fragments. Cette peinture demande à nos yeux de s’y attarder, elle se laisse découvrir par bribes.

Nancy Seulen est née en 1967, formée à l’académie de Bruxelles et d’Uccle en peinture et dessin, elle enseigne la peinture à des enfants et à des adultes. Trop peu, encore, présente aux cimaises, elle a principalement exposé à Bruxelles (Galerie ABC, La Vénerie, Fondation pour l’art belge,..). Sélectionnée pour le prix des arts en 2003 par la province du Brabant Wallon, elle a également reçu le 1er prix de la commune de Watermael-Boisfort « Portraits d’ici » en 2002. Ses oeuvres ont été acquises par les communes de Watermael-Boisfort et Schaerbeek, par la Fondation pour l’Art contemporain ainsi que par la Communauté française.

Chantal Bauwens
Glabais, Février 2006

Curriculum

  
© Espace B asbl