entete Espace B

   

Espace B

Gisèle Van Lange

dessins et peintures

Exposition

du 3 au 18 mars 2007

samedi et dimanche
     de 14 à 18h
ou sur rendez-vous

 

 

Edition

Parallèlement,
aux Editions Tandem,

Conversation de
Gisèle Van Lange avec
Serge Goyens de Heusch

Rencontrer le travail de Gisèle Van Lange est aller à la rencontre d’un univers qui, au premier abord, peut nous paraître familier dans sa représentation mais qui très vite, sous l’appui du regard, se dégage plus hermétique qu’il n’y paraît. Ses sources d’inspiration sont la nature et principalement le monde végétal. Force est d’observer que depuis l’éclosion jusqu’au flétrissement, une vie organique à la fois fragile et forte s’y organise dans un chassé-croisé. Sous l’apparent silence serein grouillent et bruissent toute une flore et un bestiaire cachés dont on imagine que leurs apparitions pourraient tant être lois d’équilibre que prédation. Des lignes de forces contraires, parfois proches de l’abstraction, des tensions entrecroisées, des réseaux superposés sur plusieurs plans, ... semblent repousser les limites de la toile comme si cette nature allusive (troncs, branches, lianes, bourgeons, nœuds, ...) voulait reprendre ses droits. L’artiste nous précise: « J’aime que les surfaces se rencontrent dans des sens différents pour obtenir des réseaux, pour que les formes se nouent entre elles, avec des noyaux qui semblent contenir l’énergie vitale à côté de zones plus moelleuses, ce qui crée des va-et-vient dans l’espace. » Gisèle Van Lange privilégie toujours le dessin qui sert également de point de départ à ses peintures où il devient un schéma, une trame où vient vibrer le velouté de la peinture. Nature-Nature de la peinture. Lorsque le dessin se couvre d’huile, toutes les vibrations, pulsions, connexions, … perdent leur limite figée par le trait. Peinture dessinée d’où jaillissent les bleus, les gris, les verts, les noirs… soutenus par des lieux de silence où la toile reste vierge pour mieux en rendre la lumière intérieure. L’artiste tente de rendre à chaque parcelle son intensité afin que le regardeur puisse communier avec les forces vives présentes au moment de l’acte peint. Aucun espace n’est clos, chacun d'eux se prête à une perpétuelle mutation comme le sujet de la nature qui l'inspire. Cette quête de l’heureuse conjonction des couleurs et de la composition poursuit Gisèle Van Lange au-delà du chevalet. Au bord du sommeil, l'artiste revisite la toile en cours qui lui semble avoir poursuivi, seule, le travail dans un chatoiement et équilibre d’une beauté indescriptible. Lieu de vertige. On comprend que Gisèle Van Lange tente d’atteindre cette image entraperçue et se résout difficilement à achever une œuvre.

Née en 1929, Gisèle Van Lange a étudié le dessin et la peinture à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Elle a reçu de nombreux Prix (Célestin Jacquet, Poirier, René Janssens), a été sélectionnée au Prix de la Jeune Peinture belge (1959-60-61-64), est membre fondateur des groupes Manus et Artes Bruxellae. Elle présente ses oeuvres dans des expositions collectives à partir de 1957 et a sa première exposition personnelle à Paris en 1960. Ses récentes expositions personnelles ont eu lieu au Triangle Bleu à Stavelot, à la Fondation pour l’Art Contemporain et à la galerie Jane Bastien à Bruxelles. Elle a participé à de très nombreuses expositions collectives en Belgique dont récemment au Musée de Louvain-la-Neuve, à l'espace Allende de l’U.L.B. et à la Galerie du Prêt d’Oeuvres d’Art de Woluwé-Saint-Lambert.

Cette femme, exigeante et d’une très grande sensibilité, n’a pas hésité, il y a plus de 50 ans, à se jeter dans l’aventure audacieuse de la peinture et mérite une reconnaissance justifiée. Ses œuvres font partie de collections privées et publiques (Communauté Française, Province du Brabant wallon, Musée d’Ixelles, Musée du Petit Format de Couvin, Banque Nationale, ING, Crédit Communal, …). Plusieurs ouvrages font référence à son travail dont le dernier « Art belge au XXè siècle » de Serge Goyens de Heusch aux Editions Racine, 2006. Elle prépare également avec Serge Goyens une « Conversation » aux Editions Tandem qui sortira parallèlement à cette exposition.

Chantal Bauwens
Glabais, janvier 2007


Composition bleue - 80x80 cm - 2006

20x20 cm - 2006

20x20 cm - 2006

Photos: Luc Schrobiltgen

Curriculum

  
© Espace B asbl